Trouver
son stage de
formation

BAFA     BAFD

Rechercher
 

Le BAFA
Un engagement volontaire

Le BAFA permet d'encadrer en tant qu'animateur dans les Accueils Collectifs de Mineurs (ACM). Accessible à partir de 17 ans, cette formation est souvent considérée comme un véritable engagement volontaire, source d'enrichissement humain. C'est aussi parfois considéré comme une porte d'entrée vers les formations et métiers de l'animation et du social.  

Les ACM ont vocation à offrir aux enfants et aux jeunes des activités éducatives et ludiques adaptées à leurs besoins, durant les temps de loisirs et de vacances. Les organisateurs de ces accueils sont en majorité des associations, des mairies ou des comités d'entreprise. De nombreuses associations adhérentes au Mouvement des Foyers Ruraux participent à l'organisation de ces accueils.

3 étapes en 30 mois maximum

Organisée en 3 étapes, la formation BAFA permet de prendre du recul entre chaque stage en faisant des allers/retours entre théorie et mise en pratique. A partir du 1er jour de stage, vous avez 30 mois pour finir la formation.

1ère étape : session de formation générale

Cette session a une durée de 8 jours au minimum, en continu ou en discontinu. Elle est généralement organisée en internat, parfois en demi-pension au sein des Foyers Ruraux.

Cette session aborde tous les éléments constitutifs du rôle et de la fonction de l'animateur au sein d'un ACM. Partant du principe que l'animateur a un rôle éducatif, celui-ci doit pour cela comprendre les caractéristiques physiques, psychiques et physiologiques des enfants selon leur âge.

Grâce à cela, le/la stagiaire :

  • mettra en place des activités diverses et adaptées aux besoins des enfants (petits et grands jeux, veillées, activités manuelles, artistiques et sportives, etc.) ;
  • veillera à l'aménagement de l'espace et à l'utilisation du matériel pédagogique ;
  • sera attentif à créer un cadre convivial et rassurant pour l'enfant, afin que sa sécurité physique et morale soit bien assurée. 

C'est ainsi que le stagiaire se rendra compte de sa responsabilité en tant qu'encadrant et apprendra à mettre en place des projets d'animation en équipe.

La validation de cette première session permet d'obtenir la qualité d'animateur stagiaire et d'entamer la seconde étape, dans les 18 mois qui suivent.

2ème étape : stage pratique

C'est le moment de la mise en pratique des acquisitions de la formation générale. Il vous faut trouver un accueil collectif de mineurs qui puisse vous accueillir en stage. Ce stage doit durer au minimum 14 jours ; il peut s'effectuer dans 2 structures différentes au maximum. Durant cette étape, vous êtes en situation d'animateur-stagiaire, au sein d'une équipe pédagogique, considérés comme un encadrant à part entière, en lien direct avec les groupes d'enfants dont vous aurez la responsabilité. Pour cela, vous êtes accompagnés généralement par des personnes plus expérimentées.

Le Directeur de l'ACM pour lequel vous effectuez votre stage a un rôle d'accompagnement et de formation. Cette personne est aussi chargée de valider votre stage et d'évaluer vos pratiques.

3ème étape : session d'approfondissement ou de qualification 

Vous avez le choix entre deux types de sessions :

  • Une session d'approfondissement, d'une durée d'au moins 6 jours. Ce stage vous permet de revenir sur vos acquisitions de savoirs et sur votre pratique. Souvent, les organisateurs de session proposent une thématique afin que vous développiez des savoir-faires spécifiques dans des domaines artistiques, sportifs, du jeu, de certaines tranches d'âge, etc. 
  • Une session de qualification, d'une durée d'au moins 8 jours, qui vous permet d'acquérir des compétences dans un domaine spécialisé : voile, canoë-kayak, activités de loisirs motocycliste, surveillance de baignade. Avec cette qualification, vous obtenez l'autorisation pour encadrer l'activité en question dans un accueil collectif de mineurs.

Fin de la formation

Si toutes les étapes de votre formation sont validées favorablement, votre dossier est transmis automatiquement au jury, composé de représentants de l'Etat et d'organisateurs de projets enfance-jeunesse.

Si une étape n'est pas validée « favorablement » vous pouvez la refaire… ou pas ! Une fois réalisée, vous devez obligatoirement demander la présentation en jury de votre dossier

Au vu de la proposition du jury, vous êtes déclarés reçu(e), ajourné(e) ou refusé(e). Le BAFA vous est délivré si vous êtes reçu(e). En cas d'ajournement, vous disposez d'un délai de douze mois pour recommencer les sessions de formation ou le stage pratique jugés insuffisants. Enfin, en cas de refus vous perdez le bénéfice de l'ensemble de votre formation.

Une formation habilitée et reconnue par les services de l’Etat

Selon l'Arrêté du 15/7/2015 relatif aux BAFA et de directeur en ACM – Titre II, chapitre 1er, Article 9

lire la suite...

La formation BAFA a pour objectif :

  1. De préparer l'animateur à exercer les fonctions suivantes :
    • Assurer la sécurité physique et morale des mineurs et en particulier les sensibiliser, dans le cadre de la mise en œuvre d'un projet pédagogique, aux risques liés, selon les circonstances aux conduites addictives ou aux comportements, notamment ceux liés à la sexualité.
    • Participer à l'accueil, à la communication et au développement des relations entre les différents acteurs
    • Participer, au sein d'une équipe, à la mise en œuvre d'un projet pédagogique en cohérence avec le projet éducatif dans le respect du cadre réglementaire des ACM.
    • Encadrer et animer la vie quotidienne et les activités
    • Accompagner les mineurs dans la réalisation de leurs projets.
  2. D'accompagner l'animateur vers le développement d'aptitudes lui permettant :
    • De transmettre et de faire partager les valeurs de la République, notamment la laïcité
    • De situer son engagement dans le contexte social, culturel et éducatif
    • De Construire une relation de qualité avec les membres de l'équipe pédagogique et les mineurs, qu'elle soit individuelle ou collective, et de veiller notamment à prévenir toute forme de discrimination ;
    • D'apporter, le cas échéant, une réponse adaptée aux situations auxquelles les mineurs sont confrontés.